Créée après guerre en 1950, la marque Seat produira pendant plusieurs décennies des voitures sous licences Fiat. C'est après la mort de Franco que l'avenir semble s'éclaicir pour la firme espagnole dont l'Etat possède de nombreuses parts et a un cruel besoin d'argent frais. Le groupe Fiat se place logiquement en tête des prétendant pour racheter les parts. Mais, l'accès aux comptes de l'entreprise fait peur au groupe italien puisque le déficit de Seat est colossal et les effectifs de productions 30% supérieurs aux cotâts habituels. Malgré un plan de rachat, Fiat et le gouvernement espagnol divorcent aux tout début des années 80 et un important procès s'ensuivra. Il faudra attendre 1982 pour que la marque trouve un nouveau partenaire industriel avec Volkswagen qui cherche là des solutions techniques à son essor. Débarquant sur le territoire espagnol, la marque allemande fort de ces 50% de capital a des projets dans ces cartons mais l'urgence de la situation d'une marque qui se meurt depuis 2 ans doit entraîner une réaction immédiate d'autant plus que les capacités de production des usines espagnoles peuvent monter à 400 000 véhicules/an.

Cette réaction s'appelle Ronda. Il s'agit en fait d'un pur produit...italien puisque c'est une Fiat Ritmo modifiée. Cette Ronda va immédiatement créer un nouveau conflit avec Fiat puisque cette dernière accuse Volkswagen de présenter la Ronda qui n'est autre pour elle que sa Ritmo relookée et déjà commercialisée sous ce même nom depuis 1982. Le fond de l'affaire est logique puisque lors de la prise de parts, Volkswagen n'avait pas de solution technique d'urgence de sa gamme à mettre en production et ne pouvait accepter de conserver dans le catalogue la Seat Ritmo sortie en  avril 1979 dont seul le logo changeait de la Fiat Ritmo  En fait, la voiture est dessinée par un designer de la carrosserie italienne Fissore (dont le nom est indirectement lié au 4x4 "Magnum" de 1985 déjà présenté dans mon blog) ainsi que ceux du bureau Seat (qui auraient eu accès aux plans de la Ritmo phase 2). Pour se défendre au procès suite à la plainte italienne, Seat présente une Ronda où toutes les pièces modifiées figurent en jaune (photo)histoire de prouver que VW ne s'est pas contenté de remplacer la plaque Ritmo par celle de Ronda . Le verdict confirmant que le nombre de pièces modifiées est suffisant pour considérer qu'il s'agit d'un autre modèle, Seat pourra donc bien commercialiser sa Ronda. Elle connaîtra alors une carrière en 2 étapes. La première ira jusqu'en 1984. La voiture doit alors se contenter des antiques boîtes de vitesses italiennes et de moteurs pour le coup espagnols et avec certains éléments d'origine Fiat créés depuis...1966. Elle bénéficie néanmoins dans ces motorisations les plus puissantes de moteurs plus modernes à arbre en came en tête issus de la Ritmo elle même. La marque italienne ayant pris acte de son échec lors du procès, elle met de l'eau dans son vin en autorisant certaines démarches commerciales et en fournissant certaines pièces afin de contenir l'exportation de la Ronda sur certains marchés où elle concurrencerait directement sa soeur jumelle et désormais ennemie  Ritmo. 

La deuxième série profite d'un léger lifting et voit enfin la pâte VW arriver dans la gamme puisque les moteurs sont cette fois allemands mais revus par Porsche sur les moteurs 1.2 et 1.5 litres essence. Seul le diesel reste encore Fiat puisqu'il s'agit du 1.7 litres, le 1.9 Volkwagen n'étant pas implantable. Seat via VW exploite donc alors la technologie si légère soit elle en indiquant System Porsche sur le coffre des voitures ainsi que sur la culasse des moteurs essences concernés. En effet, c'est bien un bureau d'étude Porsche qui élabore deux mises aux points de moteurs via de l'injection Bosch. 7 Deutches Marks de royalties seront mêmes alors reversés à Porsche sur chaque Seat vendues. Sur la route, on a du mal à croire qu'il y a du Porsche sous le capot. Si le 1.5 litres parvient à proposer 85cv, le petit 1.2 litres se contente de 63 malheureux chevaux avec une vitesse maxi homologuée à 148km/h contre 144 à la version diesel d'origine Fiat. Pourtant le coup marketing fonctionne et certains amoureux de la voiture s'en souviennent encore aujourd'hui ! Paradoxe de la situation de cette génération de Ronda : le diesel 1.7 litres italien dont la conception a été extrapolée du moteur essence de la Fiat 132 été créé pour la Ritmo et ce afin de concurrencer la Golf Diesel très demandée à l'époque dont la fameuse version GTD 1.6 litres de 70cv qui est équipée d'un turbocompresseur !

Niveau finitions la gamme reste spartiate comme à l'époque de Fiat. Les séries L, CL ou GL suivant les pays proposent l'essentiel où tout le confort reste mécanique. Les séries terminant par X ajoutent du luxe tel des packs électriques (vitres,...), et même un économètre. Seule la "Crono" motorisée par un 1.6 litres de 95cv sort du lot avec une approche plus sportive avec des tissus modernes ou des jantes aluminium. Sportive dans le look tout au plus cette version ne fait pas le poids face à une Golf GTi forte de 112cv et plus légère de 70 kilos !

Une version à coffre dénommée Malaga sera même dérivée de la Ronda.Elle reprendra des mécaniques allemandes mais aussi des éléments encore italiens comme la boîte de vitesse. Son succès sera très relatif en France mais grâce aux marchés d'Europe du Sud où les voitures 3 volumes sont plus recherchées elle dépassera les 230 000 exemplaires de 1985 à 1992 faisant de l'ombre à la Ronda et assurant une part importante des cadences de production des usines en Espagne.

Pur produit de transition, la Ronda commercialisée uniquement en France, Allemagne et Benelux, tirera sa révérence après 177 736 exemplaires et sera remplacée dès 1986 par un vrai produit VW qui il faut le dire est alors un projet retoqué de Golf II. Elle se nommera Ibiza puisque toutes les Seat portent depuis la reprise de la marque, le nom de villes espagnoles. L'Ibiza marquera un virage dans la stratégie de la marque puisqu'elle s'axera vers une clientèle plus jeune voire plus sportive alors qu'elle était jusque là sur un créneau low coast avec de simples Fiat rebadgées. VW s'était alors donné les moyens de créer un nouveau produit au châssis dérivé de la Ronda, à la mécanique et boites de vitesses revues par Porsche.

Valeur de transaction : de 100 à 500€ pour une version à faible kilométrage et en très bon état

La Ronda très classique :

1200px-Seat_Ronda_Front

IMG_0836Medium_zpsf87388e0

 

La Seat Ritmo de l'ère Fiat (1979-1982) assez rare. Notez qu'elle possède les fameuses poignées de portes rondes comme l'italienne :

37245097016_14fae7cc90_b

 

La Ritmo existait en 3 portes pas la Ronda :

Fiat_Strada_Blue_81_to_82_X_reg_(front_right)

 

L'habitacle ou l'ambiance Fiat prédomine. Pourtant seuls les commodos sous volant sont liés à la Ritmo :

6c10ac392df8b85444fd06ac6cf94635o

f77478ecedeab98686aca47e74c53913

 

L'ambiance "ordinateur" de vord sur la droite et l'économètre en bas :

SeatRonda75-4

 

La fameux moteur "system Porsche":

i2krjc

hqdefault

 

La présentation de la Ronda lors du procès contre Fiat avec les pièces nouvelles en couleur : 

Seat-Ronda-TGI-Paris-1983

tumblr_oozopmrZbr1roi5yvo1_1280

 

photos internet