Notre vision européenne de la SAAB est juste. Design décalé, une ambiance intérieure aux accents d'aéronautisme, des moteurs essence 4 cylindres turbo performants et écolos pouvant fonctionner à l'éthanol, le côté avant-gardiste est présent partout. Les difficultés financières, les adaptations aux marchés, les rachats successifs ont mis quelques coups de canif dans ce tableau à tendance bobo pour des propriétaires désireux de se faire remarquer par leur décalage mais soucieux aussi de leur porte monnaie. Ces coups ont été des dérives bien loin de l'esprit des moteurs d'origine (V6 essence australien par exemple) mais aussi et surtout par l'offre diesel à travers les moteurs 2.2DTi General motors via Opel puis 1.9CDTi via Fiat par effet domino avec Opel, sans oublier le V6 3.0 diesel Isuzu ! Les diesels ont été un passage obligé (comme pour Jaguar) mais pas suffisant pourtant pour maintenir la marque hors d'eau. Pour mémoire en France, la gamme SAAB de ce milieu d'années 2000 et articulée autour de la 9-3 berline et cabriolet (y compris en diesel !) et la 9-5 berline et break Estate.

Ces écarts ont été plus importants outre Atlantique sous la direction de General motors, là ou le diesel n'a quasiment pas droit de cité. Comme, nous l'avons vu, le 9-7 X gros 4x4 a été créé pour le marché Nord Américain sur la base du Chevrolet TrailBalzer. Un autre véhicule l'a été exclusivement pour le même marché sans jamais être importé en Europe. Il s'agit de la 9-2 X. General Motors souhaite alors développer la marque dont elle a pris le contrôle à 100% en 2000. Il faut savoir que le marché principal de l'ancienne marque Suedoise dans l'âme est bien le marché américain. Le groupe veut alors démocratiser SAAB au pays de l'oncle Sam. L'heure est donc à la mise à disposition d'une petite voiture (qui serait une berline familiale chez nous) assemblée si possible sur place et proposée à des tarifs compétitifs. General Motors n'ayant pas de châssis compatible dans sa base, elle fait appel à Subaru avec laquelle elle a des accords commerciaux. Cette nouvelle offre doit se situer sous la 9-3 qui est exportée déjà aux US. Sa transmission intégrale fera ajoutée la dénomination X comme l'aura le 9.7 X sorti l'année suivante et déjà traité dans mon blog. 

Subaru se prête donc au jeu et fournit un produit emblématique de sa gamme : l'Impreza. Cette berline très réputée est connue mondialement et l'est également en Europe de part ces nombreux résultats sportifs en rallye. Avec son image de berline 4 roues motrices à moteur turbo et 3 volumes à coffre, elle est importée chez nous sous l'appellation WRX mais également en de plus rares versions atmosphériques 1.6 et 2.0 litres. Une version break aussi rare que vendable arrivera chez nous en 2005. Le marketing est parfois très curieux puisque la Sub' recherchée est obligatoirement la version turbo à coffre comme en Rallye un point c'est tout ! Justement cette version 5 portes, simple berline à transmission intégrale au demeurant plaît à General Motors qui voit à travers elle un petit SUV aux allures de 4x4, marché alors en plein développement aux USA. Cette version boudée chez nous car jugée trop fade est donc retenue mais il faut à présent y adapter une motorisation compatible avec les rudes normes anti pollution américaines mais aussi la rendre homologable sur le plan sécuritaire.

Contrairement au 9-7 X, GM a apporté un soin plus attentif sur le design de l'habitacle ainsi que des matériaux utilisés. Certes le confort est meilleurs, le bloc compteur plus proche du graphisme SAAB, mais les plastics sont au standard us, plus proche il est vrai du standard suédois mais bien loin de celui de nos premiums européens exportés outre Atlantique : Audi, BMW ou encore Mercedes. Les efforts sont néanmoins importants, le cuir est même proposé, et l'isolation et insonorisation de la voiture entièrement revus. Deux finitions identiques aux appellations européennes seront proposées. La Linear en accès de gamme et l'Aéro pour la version haut de gamme avec le cuir.

Côté châssis, les réglages sont refais également et tiennent compte des mécaniques implantées. C'est d'abord le 2.5 litres à plat qui est disposé sous le capot. Fort de 165cv, il ronronne gentiment apportant un couple sympathique de 225Nm et une douceur d'utilisation, le tout avec sa sonorité de boxer bien particuilère. Une version plus musclée est aussi décidée afin d'exploiter au mieux les qualités du châssis et sa transmission intégrale. C'est le fameux 2.0 litres turbo qui est sélectionné avec une puissance de 227cv. La 9-2 X se rapproche ainsi du caractère des SAAB européennes et ce malgré les normes anti-pollution. Pour ce qui est de la sécurité, les modifications portent sur les boucliers avants et arrières, la voiture perdant au passage 10 cms par rapport à la Subaru. Le capot moteur existe en deux versions. L'une est classique et pleine, l'autre spécifique avec une énorme prise d'air pour l'échangeur air/air de la version turbo, comme nous la connaissons sur la Sub' WRX. La Linear adoptait la boîte automatique à 4 vitesses et l'Aéro était disponible avec la boîte 5 vitesses d'origine.

Présentée au Salon de Los Angeles fin 2003, cette SAAB 9-2 X sera donc construite au ...Japon dans l'usine de Fuji Heavy propriété de Subaru mais à 20% de G.M puis exportée aux USA et au Canada.En 2006, l'évolution du modèle entraînera un passage de 165 à 173cv de la 2.5 litres atmosphérique et la 2.0 litres turbo de 227cv sera remplacé par une 2.5 turbo de 230cv. Les volumes de ventes aux USA ne sont pourtant pas au top. Après une année de lancement à presque 1800 exemplaires et une année "faste" à presque 6000 en 2005, les volumes chutent à un peu plus de 1400 9-2 X en 2006. General Motors écoulera les volumes après l'arrêt de la production avec 118 exemplaires en 2007 et 3 en 2008. Quelques uns ont tentés une importation à titre isolée en Europe du nord. Ils sont très rares. Au total, la 9-2 X sera produite à un peu plus de 9000 exemplaires. General Motors souhaitait démocratiser SAAB en amérique du nord puis dans d'autres pays en séduisant les jeunes avec un produit plus abordable avec une gamme débutant à 25 000 dollars. Le résultat sera loin des objectifs initiaux et General Motors stoppera cette approche par le bas dès 2006.

Valeur de transaction : a partir de 5000 dollars pour l'atmo et jusqu'à 10 000 pour la turbo de moins de 100 000 miles. En Europe une est à vendre en Belgique contre 9000€

 Ceci est bien une SAAB et pas une Subaru :

exteriorfrontangle

saab92x- 004

2006_saab_9-2x_wagon_aero_fq_oem_3_500

 

 Mis à part le bloc compteurs et le logo du volant on est vraiment dans une ambiance de jeu des 7 erreurs entre SAAB et Subaru. Pourtant les modifications sont plus importantes qu'il n'y parait :

saab92x- 010

 

Le bloc compteur au graphisme SAAB :

maxresdefault

 

 

Le même en version originale Subaru :

images

La version atmo. On reconnaît bien le 4 cylindres à plat Subaru :

saab-92x-engine

 

La turbo :

engine

 

photos internet