"Le retour de la Passion. Cela fait combien de temps que vous n'avez pas ressenti une vraie passion ? Aujourd'hui, Fiat renoue avec sa légende, après des modèles auusi prestigieux que la "8V" et la "Dino coupé"...Coupé Fiat. Le retour." Telle était la publicité de la marque pour son modèle en 1995.

En effet si le Fiat Coupé semble arriver de nulle part à son lancement en novembre 1993, il fait pourtant suite à une tradition de la marque qui nous en ressort un régulièrement mais sans vraiment de suite logique, les derniers datant des années.... 1967 à 1975 à travers le numéro 124 ou plus "proche" de nous la coupé 130 ou 131 Racing et son 2.0 litres...115cv  et plus rare la 131 Rally de 140cv (400 exemplaires pour l'homologation de la version course). N'oublions pas le fameux coupé version Bertone : le X 1/9 sorti en 1972 et produit jusqu'en 1989.

Le Fiat Coupé est logiquement présent sur le net mea culpa mais reste pourtant un modèle bien à part dans la marque italienne. Je dirai en tant que mauvaise langue que Fiat est si peu habitué au marché spécifique du coupé qu'ils n'ont même pas trouvé un nom à mettre dessus ! Si ce n'est pas faux vous allez voir qu'ils ont osé produire un véhicule de qualité, plutôt performant et finalement attachant.

Esthétiquement c'est bien le coup de crayon qui tranche avec le reste de la gamme qui à l'époque se nomme pour mémoire : Cinquecento,Panda, Punto, Tipo, Tempra, Croma sans parler du monospace commun avec PSA qu'est l'Ulysse. Ce coup de crayon est du designer américain Chris Bangle d'après les lignes de la fameuse Lancia Zagato. Aujourd'hui le nom de Chris Bangle évoque pour vous certainement du bon ou du mauvais puisqu'il est l'instigateur de l'évolution du design tant décrié des BMW des années fin 90 et 2000 suite à son intégration dans le groupe en 1992. Mais avant cette époque, il avait fait un passage chez Fiat qui lui doit les anciennes Bravo/Brava, la Barchetta et donc le Coupé.

Le Coupé est élaboré à partir d'un châssis de Fiat Tipo présentée, elle, en 1988. La berline compacte est plus connue pour son tableau de bord totalement électronique pensé et intégré dès son étude que par son design cubique. Elle existe même en version 3 portes. Avec le Coupé, Fiat vise autre chose de plus moderne et de plus sportif en version 4 places (ou plutôt 2+2) sans oublier les clins d'oeil au passé. La base mécanique est connue et surtout réputée puisqu'il s'agit de reprendre le 2.0 litres essence atmosphérique et turbocompressé qui fait les beaux jours des Lancia Delta ou Thema par exemple. Si l'extérieur est à la sauce américaine, l'habitacle est traité à l'italienne sous le crayon de Pinifarina qui assurera d'ailleurs la production de l'auto. Ainsi la planche de bord en acier peint dans la teinte de la carrosserie est du plus bel effet et lui donne un effet rétro tout comme le bouchon de réservoir en aluminium de l'auto ou ces feux arrières proches d'une Ferrari. Pour ceux qui ont eu la chance de voir cette planche de bord de près, on est loin de l'ambiance plastique et autre "quincaillerie" des Fiat de l'époque. Vous le savez, cette idée a d'ailleurs été reprise avec succès sur l'actuelle 500.

Présenté en jaune vif, les boucliers et les rétroviseurs extérieurs teinte carrosserie accentuent ce look de coupé sportif souligné par des jantes alu au design spécifique. Sous le capot le 2.0 litres propose deux puissances : 142cv atmo et 195cv turbo. C'est bien sur avec cette deuxième puissance qu'elle construira le début de son histoire. Si le moteur turbo est pétillant, il est équipé de l'overboost (pression maxi : 1.05 bars) mais aussi d'un indispensable système de viscocoupleur pour la répartition du couple sur les roues avants, et il permet au Coupé d'avoir des performances très honnêtes (225 km/h en pointe) sans toutefois faire d'ombre aux Lancia Thema et surtout Delta HF équipées du même moteur avec respectivement 201 et 211 cv. Mais l'objectif de Fiat est de proposer un coupé accessible. et là il faut bien le reconnaitre, le rapport prix/équipement/design/performances est vraiment très bon. A 144 900 F pour la version "access" 2.0 16v et jusqu'à 174 800F pour  le 2.0 16v Turbo avec cuir et climatisation de série le coupé est très abordable.

Fort de sa base encourageante, et malgré une consommation sportive allant de 13 à 18 litres /100 suivant le moteur, Fiat propose dès 1997 des nouveaux moteurs. Si un 1.8 16v de 130cv permet toujours de proposer une version d'accès de gamme, c'est un étonnant 5 cylindres 2.0 litres 20 soupapes de 147cv qui apparaît. Ce moteur à la sonorité enivrante comme tous moteurs à nombre de cylindres impairs, est plus rond (même s'il est creux à bas régime) et plus gourmand que le 4 cylindres qu'il remplace. Dès 1998 le tir sera rectifié avec une évolution 155cv du moteur qui est donné pour 11.5 litres /100 en conduite sportive et un agrément en hausse. Toutefois par manque de punch et un poids plus important, il ne parvient pas à suplanter le simple 1.8 de 130cv.

Mais c'est aussi en 1998 qu'arrive le clou du spectacle : la version turbo du 5 cylindres. La suralimentation de 1.2 bars maxi et la nouvelle gestion moteur pousse la puissance à 220cv ! Officiellement et symboliquement bridée à 250 km/h, la Fiat chronométrée à 247 km/h reste encore aujourd'hui la plus rapide de la production de l'histoire de la marque. Au delà de la puissance réelle, Fiat a su se jouer pendant quelques années de la fiscalité française en matière de moteurs suralimentés. En effet avec 220cv la voiture n'était qu'une 9cv  contre 10cv à la version atmo de 155cv ! C'est d'ailleurs cette même fiscalité qui stoperra pratiquement cette version turbo puisqu'après la réforme (nécessaire) du mystérieux calcul de puissance fiscale la voiture passera de 9 à 15cv.

En juillet 1998, Fiat propose même une série de 2500 exemplaires pour l'Europe (5 teintes au choix) sur la base du 2.0 20v turbo 220cv nommée "Edition Limitée". Celle ci est équipée de freins plus puissants Brembo avec étriers rouges, un léger kit carrosserie, des rétroviseurs extérieurs et jantes de couleur titane, des sièges Recaro bi color, d'un compteur gradué jusqu'à 280km/h (!), d'une barre antirapprochement sous le capot moteur et d'un bouton "démarrer" au tableau de bord en plus de la clé traditionnelle.. Cette série certainement la plus réussie et prisée était vendue 200 600 F à l'époque contre 186 800 F à la turbo de "base". Une plaque numérotée est située curieusement à côté du plafonnier !

En 2000 arrive enfin l'ultime évolution : la Turbo Plus. Elle reprenait toujours le bouillant 2.0 20v turbo de 220cv mais s'est vue adapter une boîte 6 vitesses. Cette dernière version reprend la base de l' "Edition Limitée" mais avec des sièges uni color avec surpiqures de couleur sur le cuir.

Aujourd'hui avec une production totale de 72 762 exemplaires, le Coupé Fiat est un coupé méconnu et recherché par les connaisseurs recherchant plaisir et performances abordables, le tout avec un look qui, reconnaissons le, vieillit plutôt bien. Pour ceux qui trouve dommage que les versions "softs" de la gamme n'existent pas en cabriolet, je les orienterai vers la Barchetta au charme toujours efficace. La gamme du Coupé est au final assez large ou allant du calme à la tempête, du tranquille au doppé, ou encore du docteur Jekyll à Mr Hyde.

Côté options, si l'offre "turbo" présentait un équipement complet (cuir, clim...) on pouvait rajouter par exemple le toit ouvrant électrique (4 050 F) ou les sièges avants chauffants ( 1 000 F). A l'opposé, le 1.8 16v 130cv proposait des options comme : jantes alu à  3000 F (enjoliveurs d'origine !), l'Abs (7 000 F, la clim auto ( 7 100 F), l'airbag passager ( 1 750 F) ou encore le cuir (9 500 F). L'autoradio K7 avec RDS svp était en option sur tous les modèles contre 4 400 F !

Valeur de transaction :

2.0 20v Turbo : 6 000 €

2.0 20v Turbo Ed. Limitée : 8 500€

1.8 16v : 3 000€

Ces valeurs ressortent de modèles à +/- 100 000 kms en état d'origine sans tuning (très répandu su ce modèle) cela va de soit. Bon nombres de modèles ont souvent pas loin des 200 000 kms preuve d'une bonne fiabilité générale du modèle malgré quelques casses moteurs du 5 cylindres dues à de la surchauffe moteur.

coupé 14

coupé 2

coupé 1

coupé 3

 

coupé 6

coupé 9

coupé 13

 

 

 

Le compteur d'origine gradué jusqu'à 260 km/h version  autoroute allemande bien sur...coupé 4

 

Le compteur de la version Edition Limitée et Turbo Plus (photo) gradué jusqu'à 280 :

coupé 11

 

La version Edition Limitée :

coupé 1

coupé 5

coupé 12

 

La Turbo Plus :

coupé 2

coupé 8

coupé 7

photos internet.